Activité et compétence en tension dans le champ de la formation professionnelle en alternance

Cet ouvrage est issu d’un double constat dans le champ de la formation professionnelle des adultes. D’une part, les prescriptions en matière de formation par alternance mettent en avant la nécessité d’accompagner, et souvent in fine d’évaluer, les formés dans la construction de compétences professionnelles sans pour autant décrire les conditions et les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. D’autre part, les travaux scientifiques menés dans le champ de l’activité et de l’analyse du travail ne s’intéressent que peu, voire pas, à la notion de compétence. Rares sont ainsi les conceptualisations permettant de passer d’une définition « institutionnelle » de la compétence à une définition théorique spécifique. Plus rares encore sont les travaux qui, sur la base de cette conceptualisation, proposent des pistes pour structurer les dispositifs de formation par alternance afin de permettre aux formés d’y construire de véritables compétences professionnelles.

À partir de différents cadres conceptuels (anthropologie cognitive située, clinique de l’activité, cours d’action, didactique professionnelle, anthropologie culturaliste, etc.), les différents chapitres de cet ouvrage s’efforcent de définir activité et compétence professionnelle et, en questionnant leur articulation, de préciser les conditions de leur développement. Sur cette base, elles sont force de propositions en matière d’aménagements des dispositifs de formation par alternance.

L’Énaction en perspective et en prospective

Un colloque aura lieu en ligne du 23 au 27 août 2021

Le colloque a pour ambitions de favoriser la connaissance et la compréhension de l’hypothèse énactive et d’étendre sa visibilité au sein des sciences cognitives, de favoriser les débats théoriques internes aux perspectives tenues par cette hypothèse, d’alimenter les controverses entre les programmes de recherche, et de discuter des différents futurs possibles et souhaitables pour les travaux tenus par cette hypothèse.

Le colloque sera organisé selon quatre pôles, qui ne sont pas des thématiques exclusives et prédéfinies, mais des orientations préférentielles :
a) Conscience, esprit, cognition
b) Énaction et expérience
c) Interventions énactives
d) Méthodologies en recherche

Renseignements complémentaires : https://www.grimte.com/fr/colloque/a-propos

Concevoir le travail, le défi de l’ergonomie

Les éditions Octarès publient des ouvrages importants pour l’analyse de l’activité.

Écrit près de trente ans après la parution de Comprendre le travail pour le transformer – la pratique de l’ergonomie, ce livre prend acte de deux évolutions massives qui appelaient à la rédaction d’un nouvel opus : les transformations des modes de production et de travail d’une part, et les évolutions de l’ergonomie elle-même, en particulier l’approfondissement de son programme sur la conception.

François Guérin, Valérie Pueyo, Pascal Béguin, Alain Garrigou, François Hubault, Joël Maline, Thierry Morlet

Plus d’informations : https://www.octares.com/accueil/279-concevoir-le-travail-le-defi-de-lergonomie.html

Conférence en hommage à Varela

Sebastjan Vörös et l’association Mind & Life Europe organisent une série de conférences autour de l’oeuvre de Varela. Tous les quinze jours, un.e intervenant.e commente un ou deux articles.

« La première saison d’Ouroboros, notre série annuelle de séminaires de lecture et de discussion, a débuté en mars 2021. Elle se concentre sur les travaux de Francisco J. Varela, l’un des pionniers de l’enactivisme. Au cours d’une série de sessions réparties sur toute l’année, des experts, d’anciens collaborateurs et des amis présenteront certaines de ses œuvres clés, suivies d’une discussion entre les participants et des invités extérieurs. Vous trouverez ci-dessous des informations sur le format ainsi qu’un programme avec des liens vers les sessions précédentes et des résumés des événements. » (https://metanoia.si/ouroboros-2021/)

Le programme se trouve ici : https://www.mindandlife-europe.org/news/calendar/

Agir pour connaître

« Il faut comprendre avant d’agir, il faut percevoir avant d’agir, c’est la mémoire qui permet de savoir comment agir. Aujourd’hui encore, la grande majorité des chercheurs et chercheures en psychologie cognitive partagent ce point de vue. Cependant, un changement radical a été opéré au sein même des théories de la cognition à telle enseigne que l’on en vient à considérer que c’est l’action qui est à l’origine de ces capacités : il faut faire pour comprendre, il faut bouger pour percevoir, c’est l’action que je compte réaliser qui détermine les souvenirs que je vais rechercher. »

Voilà qui permet de repenser la compréhension, la perception, la mémoire, les émotions…


A découvrir : ici